Entourage : Bass couture

Bass Couture est une association à vocation culturelle qui assure la promotion des arts électroniques, numériques et graphiques.

Bass Couture assume une programmation exigeante et défricheuse, pariant sur des artistes émergents tout en mettant en avant ses résidents.

Elle présente une grande diversité culturelle, dans les disciplines comme dans les esthétiques, assurant un équilibre entre artistes réputés et émergents et mêlant artistes locaux, nationaux, européens et internationaux.

Les manifestations culturelles de Bass Couture sont des espaces de liberté, pour ceux qui aiment et veulent partager cette culture, cet esprit : celui de la musique de qualité, de la curiosité et de la rencontre.



Collection Mtbk. Clothing en collaboration avec Bass Couture :





Entretien avec pedro (chargé de production & programmateur chez bass couture)


Hello Pedro, pour commencer je te laisse te présenter en quelques mots

Pedro, chargé de production à bass couture et programmateur chez bass couture qui a été créé en 2015, d’où l’anniversaire des quatre ans du 20 avril.

Concernant « Bass Couture », pourquoi ce nom ?

PEDRO : Le terme bass couture est composé de deux mots : le premier, « bass », qui est un mot anglophone représentant une sonorité grave, elle-même élément phare de la musique électronique. Le mot « couture » fait référence au passé industriel textile de Mulhouse, ainsi que la minutie nécessaire à l’élaboration de la musique électronique. Les deux mots réunis forment « bass couture », en référence à la « Haute Couture ». bass couture met en place des espaces où s’expriment différentes formes d’expression artistique à travers des méthodes de communication permettant de centrer la communauté autour de l’interaction et non du voyeurisme. Notre lieu de prédilection à Mulhouse, Motoco : filature construite au XVIIIème siècle.



Peux tu nous expliquer ce qu’est la DMC, l’ancienne usine textile dans laquelle vous organisez la plupart de vos événements ?

Pedro : DMC veut dire Dolfus Mieg Corporation, c’est une entreprise textile mulhousienne créée il y a plus de 200 ans. C’est l’ancien fleuron industriel de Mulhouse qui occupait les 100 000 m2 de la friche. Il est plus important de conserver ces lieux si particuliers que de les détruire ou de les ignorer. La charge identitaire que portent ces espaces en déshérence ne peut pas être négligée. Il faut prendre en compte l’importance de les valoriser avec des projets cohérents, viables économiquement, créatifs et fédérateurs. C’est justement ce que veut réaliser Motoco sur une partie (bâtiment 75) de l’immense site de  Dolfus-Mieg & Cie (DMC). Le bâtiment 75 de DMC tel qu'on le connaît aujourd'hui n'est plus une usine textile mais n'est pas pour autant une friche délaissée. Sous la bannière de Motoco, il est devenu le repaire d'une soixantaine d’artistes, artisans et entrepreneurs. Le lieu est désormais consacré aux initiatives créatives sous quelque forme qu'elles soient, à la résidence d'artistes et accueille entre autres Radio MNE , Pierre Fraenkel , Collectif 2920g, Indus drum ou encore Vortex-X . Gardons-le à l'esprit : il est un petit joyau que nous avons une fois de plus la chance d'investir pour y faire vivre la musique et la fête.


Et du coup, d’où vous est venue l’idée d’organiser des soirées dans ce lieu si génial de part son histoire et son esthétique ?

PEDRO : DMC fait partie de l’identité mulhousienne, qui se trouve en pleine transition identitaire entre un passé industriel glorieux et l’avènement de nouvelles pratiques sociales, créatives et économiques. Haut lieu du passé mulhousien, DMC est aujourd’hui connu et reconnu comme faisant partie de l’histoire de cette ville. Cette entreprise est installée depuis 270 ans dans ce quartier et elle a marqué de son empreinte le territoire à travers la construction d’un complexe industriel immense de 75 hectares. Sa dimension internationale était incontestable. Quoi de mieux que d’investir un lieu si emblématique du passé de notre ville ?



Il y a tout juste un an vous n’avez pas eu les autorisations nécessaires pour organiser un de vos événement ce qui vous a mit dans le rouge, vivant a Montbéliard nous faisons souvent face à ce genre de problème, pouvez-vous nous en dire plus, comment l’avez-vous vécu, qu’avez-vous fait pour résoudre le problème ?

PEDRO : L’annulation de plusieurs de nos événements a mis l’association dans une situation économique des plus délicates. Différents frais ont du être avancés et notre assurance ne permettait pas de récupérer les sommes versées. La date du 21 avril n’était pas le seul événement programmé à Motoco durant cet exode.  La solution afin de revenir à motoco a été de rassembler l’ensemble des acteurs autour de la table et présenter notre projet tout en apportant des solutions aux problèmes soulevés lors de l’annulation notamment concernant la sécurité.

Depuis combien de temps collaborez vous avec Mtbk ?

PEDRO : Nous collaborons avec Mtbk  depuis notre événement du 16 Février, nous avons bien aimé l’esprit de la marque c’est pourquoi nous avons décidé de les réinviter pour notre événement du 20 Avril et cette fois-ci on a sortie une collection en collaboration pour marquer le coup.


Est-ce que tu as un délire particulier avec la sape ou c’est un délire qui ne te parle pas plus que ça ?

PEDRO : Si ça claque et que tu te sens bien à l’intérieur c’est le must !

Si je te dis montbé, ça représente quoi pour toi ?

PEDRO : Ça nous évoque Des nouveaux projets, c’est vrai que Montbé ce n’est pas très loin de Mulhouse et pourtant on n’y a jamais joué encore, ça pourrait être vraiment sympa.


Quels sont les projets futur de Bass Couture ?

PEDRO : Nos objectifs 2019 sont de pérenniser nos événements à Motoco, de développer le concept d’open air sur Mulhouse et d’exporter Bass Couture à l’étranger !

​Rien de très original mais si tu veux lâcher un dernier mot pour la fin c’est maintenant

PEDRO : Quand est-ce qu’on fait un événement chez vous ?!